Meunier review: Asier Polo

Asier Polo éblouit l’auditoire du MCO

Après une longue absence, Anne Manson était de retour au pupitre du Manitoba Chamber Orchestra le 16 mai 2017 pour diriger un concert très divertissant mettant en vedette le violoncelliste espagnol Asier Polo, dont le programme comprenait deux premières mondiales.

MOSAÏQUE CANADIENNE est un projet Signature pancanadienne de Canada 150 réalisé par l’Orchestre symphonique de Toronto. Des orchestres de toutes les provinces canadiennes ont été invités à choisir un compositeur de leur province à qui on a commandé une nouvelle œuvre devant être créée par l’orchestre qui a proposé le compositeur et interprété par l’OST.

Le Manitoba Chamber Orchestra a recommandé le compositeur de descendance crie Andrew Balfour. Il a composé une courte pièce de deux minutes intitulée Kiwetin-Acahkos – North Star, une fanfare en hommage aux peuples du nord. Le son cristallin produit par le frottement d’un vase introduit une fanfare qui semble évoquer l’intensité croissante d’une lumière qui surgit à l’horizon puis s’éteint lentement. C’est une pièce captivante et signifiante malgré sa brièveté.

Asier Polo est l’un des plus importants violoncellistes espagnols de sa génération. Faisant presqu’uniquement carrière en Europe, il a impressionné Anne Manson comme soliste lors d’un concert qu’elle dirigeait en 2010 et elle l’a invité une première fois à jouer avec le MCO le 9 avril 2014. En première partie du concert, il a donné une superbe interprétation de l’Intermezzo de l’opéra Goyescas d’Enrique Granados, dans une transcription pour orchestre à cordes.

C’est une œuvre très romantique et lyrique inspirée du folklore espagnol. Polo l’a jouée avec beaucoup de musicalité et de sensibilité, accompagné de manière impeccable par l’orchestre.

Reconnue pour son excellence dans le répertoire classique allemand, c’est toujours un plaisir d’entendre les magnifiques symphonies de Hayden ou de Mozart dirigées par Anne Manson. Son interprétation de la Symphonie no 27 fut empreinte d’intelligence, de légèreté et de précision. Ce fut un très agréable divertissement et un enchantement de la première a la dernière note.

La deuxième partie a débuté par une deuxième première mondiale, Earthsine de Jeffrey Ryan, une commande du Conseil des arts du Canada. Originaire de Toronto et vivant maintenant à Vancouver, Ryan est un compositeur prolifique dont l’opus comprend des opéras, du chant, de la musique chorale, de la musique de chambre et des œuvres orchestrales. Sa musique est jouée à travers le monde et plusieurs enregistrements de ses œuvres ont été primés.

Earthsine est inspiré de l’observation de la lune lorsqu’elle est éclairée par le Soleil sur sa face visible et par la Terre sur sa face cachée. Ce phénomène peut être particulièrement observé pendant la phase croissante de la lune, alors que le soleil éclaire brillamment le croissant et que la terre réfléchit une lumière cendrée sur la face cachée. Jeffrey Ryan y voir une métaphore de l’humanité qui apporte la lumière dans les ténèbres. L’œuvre en un seul mouvement pour orchestre à cordes explore la lumière et l’ombre, et l’espace qui les sépare. L’orchestre est divisé en un grand ensemble qui demeure sur la scène et un petit ensemble qui est placé à l’arrière de la salle. Le grand ensemble joue une musique mélodique et rythmique, savamment composée, alors que le petit ensemble réfléchit un son dont le caractère mélodique et rythmique se serait estompé à mesure qu’il s’éloignait de sa source. C’est une musique paisible, agréable à écouter et qui invite à la contemplation.

Asier Polo a conclu le concert avec une interprétation électrisante du Concierto in modo galante de Joaquin Rodrigo.

Rodrigo est surtout connu pour son mémorable Concierto de Aranjuez pour guitare et orchestre, peut-être le concerto le plus populaire du 20e siècle. Mais son catalogue comprend quelque deux cents autres compositions de différents genres : plusieurs concertos pour violon, piano, flûte, violoncelle, harpe et pour deux et quatre guitares; une grande variété de pièces orchestrales; de nombreuses pièces pour guitare; un ballet; une opérette et plusieurs chansons.

Le premier de deux concertos pour violoncelle, le Concierto in modo galante a été commandé en 1949 par l’éminent violoncelliste espagnol Gaspar Cassadó. Impressionné par les premières esquisses proposées par Rodrigo, Cassadó a promis au compositeur de jouer le concerto partout, de l’enregistrer et de le faire publier à Paris. Il s’est aussi engagé à écrire lui-même la partition, Rodrigo ne pouvant le faire parce qu’il était aveugle depuis l’âge de trois ans. C’est une œuvre dans le style de la musique espagnole du 18e siècle, aux couleurs des danses populaires de cette époque, les boleros, les panaderos et les zapateados, dont la légèreté de l’orchestration permet au violoncelle de briller de tous ses feux.

Asier Polo a pleinement profité de cette occasion de démontrer sa grande virtuosité. Il a été éblouissant dans tous les aspects du jeu : tendre et romantique dans les mélodies lyriques; vif et précis dans les rythmes dansants; agile et athlétique dans les passages virtuoses, particulièrement dans le final électrisant. Anne Manson a dirigé l’accompagnement de façon magistrale, en communion d’esprit avec le soliste et maintenant un équilibre parfait entre le violoncelle et l’orchestre.

Manitoba Chamber Orchestra
Le 16 mai 2017, Westminster United Church, Winnipeg
Anne Manson, chef
Asier Polo, violoncelle

Andrew Balfour
Kiwetin-Acahkos – North Star
Première mondiale

Enrique Granados
Intermezzo de l’opéra Goyescas

Wolfgang Amadeus Mozart
Symphonie no 27 en sol majeur K 199

Jeffrey Ryan
Earthsine
Première mondiale

Joaquin Rodrigo
Concierto in modo galante

Pierre MEUNIER